François Pelletant » Infos » Voilà les municipales à Linas !!! Revoilà les embrouilles contre le Maire

Voilà les municipales à Linas !!! Revoilà les embrouilles contre le Maire

Demain Mardi 7 janvier la cour de cassation de Paris doit se pencher sur l’affaire du bar associatif. Voici ce que j’ai indiqué au journaliste du Parisien qui m’a interviewé aujourd’hui:
Les connexions de la police avec mes opposants ont été mises à jour ce qui a complètement discrédité cette affaire et les verdicts qui en découlent. Je sais qu’en coulisse certains s’activent pour essayer de sauver le dossier d’accusation. C’est du jamais vu ! On a eu droit à une audience exceptionnelle le 10 Avril 2019 pour réécrire le jugement à huis clos et depuis septembre 2019 on voit une certaine précipitation pour faire arbitrer la cassation avant les municipales.

IMG_20200107_110905
Pour ma part je suis confiant. Les audacieuses accusations d’enrichissement (13000 euros et 23000 euros) ont été annulées deux fois. Demain la justice a la possibilité de mettre fin à ce vaudeville qui ridiculise nos institutions depuis 5 ans. Je rappelle qu’il est question de deux stères de bois livrés à un bar associatif et d’une trentaine de jeunes sans emploi que nous avions embauché en CDI. Suite à cette affaire le bar culturel a dû fermer et les jeunes ont perdu leur travail.

Vous mettez en avant des connexions de la police avec certains de vos opposants. Mais la plainte à l’origine de cette affaire, a été déposée voilà sept ans par M. Lardière. Quels sont ses liens avec la police ?
Monsieur Lardière n’a pas de lien direct avec la police du 94. C’est un faire valoir. Sa plainte avait été classée en Essonne fin 2013.
Puis en 2015 la police du 94 a cherché par tous les moyens a établir un lien entre le bar associatif et la mairie de Linas dans le but de viser mon inéligibilité. Ne trouvant rien après un an d’enquête elle n’a pas eu d’autre choix que d’exhumer la plainte de Lardière et de la prendre au sérieux en déjugeant le parquet d’Evry.
Concrètement les chose se sont passées ainsi : Monsieur Lardière a déposé une plainte le 7 janvier 2013 auprès du commissariat d’Arpajon (91) (pour soustraction de biens publics / Prise illégale d’intérêt ) après avoir pris la livraison de bois en filature et en photo. Cette plainte, qui a donné lieu fin 2013 à une enquête par la PJ du 91, n’a pas été poursuivie par le parquet du 91 qui l’a classé vers la fin 2013.
Sans que l’on sache comment et pourquoi (rien ne figure au dossier) Monsieur Lardière, membre de l’opposition municipale est interrogé le 4 juillet 2015 par la directrice d’enquête de Cachan (94) dans le cadre de l’affaire actuellement en Cassation. Celui-ci a témoigné de la livraison de bois qu’il avait pris en filature en 2012 et 2013. Monsieur Lardière est arrivé dans cette affaire comme un cheveu sur la soupe.
Très curieusement le parquet du Val-de-Marne a décidé de poursuivre pour exactement la même qualification alors que c’était le parquet de l’Essonne qui était compétent (confirmé par une circulaire de 2018) et que ce dernier avait conclu suite à enquête que le bois avait été régulièrement payé et livré.

Vous laissez entendre que tout a été fait en coulisse pour que l’arbitrage de cette cassation soit prononcé avant les élections de mars. Vous estimez-vous toujours victime d’une « cabale judiciaire » ?
Je m’estime victime d’une cabale policière c’est différent. Les magistrats qui m’ont condamné n’étaient pas informés des dessous de l’affaire dont nous avons eu la preuve seulement une fois que tous les jugements étaient passés. C’est en décembre 2017 que Monsieur Hertz a été contraint de s’expliquer devant le Conseil Municipal de Linas. Il a indiqué qu’il connaissait la directrice d’enquête et qu’ils avaient fait l’école de police ensemble, mais aussi (cela votre dernier article ne le dit pas et la policière n’en dit rien non plus) qu’ils étaient partis en vacances ensemble, et qu’ils avaient été affectés dans le même commissariat pendant plusieurs années (nous avons le PV avec la déclaration de M. Hertz si vous le souhaitez). En outre nous savons qu’il se sont échangés des SMS pendant l’enquête.

Aussi, qu’en sera-t-il demain à la suite de la décision. Si elle va dans votre sens, serez-vous candidat à votre propre succession ?Dans le cas contraire, qu’en sera-t-il de votre engagement à Linas?
Pour les municipales de mon coté tout est prêt, ma liste est complète. Nous avons eu une réunion samedi matin et nous préparons notre programme. Je déciderai demain ce que je ferai, mais j’attire votre attention sur le fait que pour que je sois inéligible il faut que la Cour de cassation le décide puis que ce soit publié, puis que le ministère de la justice transmette à L’INSEE qui tient depuis 2016 le REU Registre Électoral Unique, puis que l’INSEE transmette à la Préfecture qui a deux mois pour agir.
Et pour finir je précise que M. Lardière, son avocat Drai, relayé par le Parisien, ont oublié de préciser que tous les procès dont ils parlent, je les ai gagné un à un. Ils feraient mieux de réviser leur code pénal plutôt que de faire de la mythologie bon marché.

Par

Laisser un commentaire

*

!