François Pelletant » Prises de positions » La vie linoise continue

La vie linoise continue

DSC_3270

Je vous confirme officiellement, qu’hier,  la Cour de Cassation a rejeté mon pourvoi et que le jugement qui concluait à mon inéligibilité pour trois ans dans l’affaire du bar associatif, va devenir exécutoire.

En raison de la cacophonie qui frappe la presse ce matin,  il me semble nécessaire de clarifier plusieurs informations.

Pour faire simple, la seule information exacte est celle du parquet d’Evry qui est relayée dans Le Parisien papier de ce matin, au milieu d’un méli-mélo d’absurdités proférées par les uns et les autres. A savoir : la décision de la Cour de Cassation, comme toute décision de justice, doit suivre le processus normal de publication et notification pour être exécutoire. Elle va devoir être transmise par la justice aux différentes administrations concernées, Mairie, Préfecture, ainsi que moi-même. Pendant ce temps, la mairie ne s’arrête pas de fonctionner, je reste sur le pont ; nous préparons le Rapport d’Orientation Budgétaire qui doit être voté par le Conseil Municipal la semaine prochaine.

En ce qui concerne les élections de mars 2020, là encore on entend tout et n’importe quoi. Je ne suis pas responsable du calendrier des audiences de la Cour de Cassation ; si la décision a été prise le 7 janvier 2020, ce n’est pas de mon fait. Toujours est-il qu’elle est trop tardive pour m’empêcher de présenter ma candidature et faire gagner, en tant que maire sortant, mon équipe (qui reste la plus compétente et efficace de toutes celles en lice). Ceux qui prétendent autre chose, y compris certains avocats véreux, peuvent se replonger dans les jurisprudences et les questions parlementaires publiées à ce sujet. Cette situation est classique, elle touche tous les inéligibles, ce n’est pas moi qui fait les lois et les jugements.

J’ai pensé un moment à démissionner mais à entendre les délires publiés dans la presse ce matin,  je n’ai pas d’autre choix que de rester pour rétablir la vérité par la démonstration .

C’est quand même incroyable ! Voilà deux ans que la décision de la Cour de Cassation est en attente, il n’y avait que deux options possibles : cassation ou rejet.  Comment tous ces individus qui s’expriment aujourd’hui peuvent-ils seulement maintenant découvrir les choses ?  Ils ont eu deux ans pour réfléchir à ce qui allait se passer ; Comment peuvent-ils improviser de telles absurdités ?  Et la presse de les relayer comme si c’était la Sainte Parole. Demandez à mon équipe.  De notre côté,  nous sommes briefés depuis au moins 6 mois et nous avons notre rétroplanning depuis fin novembre où j’ai appris la date du délibéré de la Cour de Cassation. C’est cela gérer une commune par anticipation. Voilà encore un exemple qui démontre que personne à Linas n’est capable de gérer la ville à part l’équipe sortante.

Dernière petite information, ce n’est pas parce que la presse retranscrit mes informations en les précédant de formules partiales  comme « selon lui »,  que ce que je dis est douteux. Reprenez les anciens articles et vous verrez qui disait vrai ! De même, si selon la presse j’ai « oublié de préciser » que le recours devant la Cour Européenne n’était pas suspensif, c’est simplement que comme ce n’est pas suspensif, il n’y a donc aucune raison de le mentionner !

Ce qui est certain, c’est que la Cour Européenne est tout a fait indiquée pour juger dans les Etats membres des affaires scabreuses. Là encore, les bonimenteurs qui s’expriment dans la presse peuvent consulter la jurisprudence. C’est même une question de bon sens. Qui oserait prétendre qu’il est normal, dans un Etat démocratique, que les policiers qui enquêtent sur un homme politique soient en connexion avec ses opposants. Que doit-on penser lorsqu’on constate que cette connivence (reconnue par les intéressés) a été volontairement cachée dans le dossier d’inculpation. C’est encore plus rédhibitoire lorsque l’enquête a été menée à charge. Si la Cour de Cassation à jugé bon de couvrir ces dérives policières,  c’est son droit et ce n’est pas la première fois. Il appartiendra à la Cour Européenne de se prononcer sur ces faits,  elle, qui a déjà sanctionné des Etats de la CEE pour exactement la même chose.

Voilà déjà plusieurs années que l’on veut la peau d’un Maire apolitique qui dérange et rejette les combines et les copinages. J’ai échappé à toutes les chausse-trappes qui ont été dressées sur mon chemin ; aujourd’hui je suis touché mais toujours debout !

Par

Laisser un commentaire

*

!