François Pelletant » Prises de positions » Le Parisien enquête et la vérité se fait jour

Le Parisien enquête et la vérité se fait jour

Extrait du site Internet du journal "Le Parisien" du 15 novembre 2019

Extrait du site Internet du journal « Le Parisien » du 15 novembre 2019

Le Parisien s’intéresse enfin à la face cachée de toutes ces affaires judiciaires qui s’abattent sur la commune de Linas et son Maire depuis février 2015.

Il faut dire que deux policiers candidats pour les municipales, dans la même ville, à la tète de deux listes électorales rivales c’est insolite. Mais lorsque les deux sont proches d’une enquête de Police qui a mis en cause le Maire en place en visant son inéligibilité, c’est du scoop !

En effet,  ça se passe comme ça à Linas ;  on n’est pas uniques pour rien :
– M. Hertz (tête de liste « Linas Autrement ») était ami avec la directrice de l’enquête qui m’a mis en cause. Il l’a reconnu lui-même publiquement lors d’un Conseil Municipal, en décembre 2017 (Après les jugements). Ils se sont connus dans la même promotion à l’école de police 5 ans plus tôt. Ils sont ensuite partis en vacances ensemble, avec un groupe d’amis.

-M. Fievet (tête de liste « Linas Notre Avenir ») est, lui, un peu plus éloigné. Il est, par un pur hasard, enquêteur dans le même département et dans la même circonscription de police que l’enquêtrice. Je crois savoir qu’il a un avis « autorisé » sur la procédure qui m’a mis en cause et qu’il détient une information assez « intéressante ».

En tout cas un grand Bravo au Parisien pour ce vrai travail d’investigation. Afin de le compléter, je suggère les questions suivantes auxquelles je suis certain que le journal ne manquera pas d’apporter les réponses journalistiques:

1) La directrice d’enquête qui à mis en cause le Maire de Linas déclare au Parisien qu’elle connaît bien M. Hertz mais qu’ils avaient pris des chemins différents après l’école de Police. Question : Dans quel commissariat ont ils été affectés l’un et l’autre après l’école de Police ? Est ce le même commissariat comme l’a déclaré Mr Hertz ? Combien d’années sont ils restés dans le même commissariat ?

Un mois avant la mise en cause de M. Pelletant, le 4 février 2015, M. Hertz a-t-il communiqué avec l’enquêtrice par SMS ?

De même, alors que M. le Maire de Linas était en garde à vue, le 5 février à midi, M. Hertz a-t-il communiqué avec l’enquêtrice par SMS ?

2) Si, comme elle le déclare, l’enquêtrice qui a mis en cause le Maire de Linas connaissait M. Hertz (qui en 2014 était Conseiller délégué du Maire et trésorier d’une des associations visées par la procédure), pour quelles raisons ne s’est-elle pas déportée de son enquête ? Pour quelles raisons ne l’a-t’elle pas, au moins, indiqué dans le dossier d’enquête pour en informer les magistrats ? Bien évidemment,  si la réponse à la question n° 1 est trois fois « oui » cette question N° 2 est encore plus justifiée.

Bien sûr,  j’ai d’autres questions tout aussi pertinentes à proposer mais quand Le Parisien vous aura informé sur ces deux points,  l’affaire sera dégrossie !

Que l’on soit bien d’accord, mes « interrogations » ne concernent que quelques éléments isolés, policiers ou OPJ. Elles n’ont absolument rien à voir avec la Police Nationale dans son ensemble et sa grande majorité, qui conserve tout mon respect, ma confiance, ma reconnaissance et avec qui je travaille au quotidien pour la sécurité et la tranquillité de nos concitoyens.

Lire l’article du Parisien : https://bit.ly/2XhO3cc

 

Par

Laisser un commentaire

*

!