François Pelletant » Prises de positions » Information au sujet de la fin des fonctions d’adjoint de M. Régis Desgats à Linas

Information au sujet de la fin des fonctions d’adjoint de M. Régis Desgats à Linas

REGIS3L’article publié le 11 avril par le journal « Le Parisien » au sujet de l’ancien adjoint de Linas, Régis Desgats, appelle quelques observations complémentaires sans lesquelles vous ne disposez que d’une vision tronquée de la réalité.

M. Desgats a été élu pour la première fois à Linas en 2008. Il y a assuré les fonctions d’adjoint pendant plusieurs années. Depuis plus de 5 cinq ans, M. Desgats n’habite plus à Linas mais dans une ville à l’autre bout du département. Sa présence à Linas s’est faite de plus en plus rare. Il a pourtant conservé le titre d’adjoint, une délégation et les indemnités correspondantes (750 euros / mois) jusqu’en mars 2018. Lorsqu’il était encore présent sur la commune, M.Desgats était responsable de la sécurité et, par voie de conséquence, de la Police Municipale.

Chacun peut constater ce qu’est devenu ce service. Pour résumer la situation, ce service a été organisé autour de la personnalité culte de M. Desgats. Les fonctionnaires de Police Municipale l’appelaient, avec déférence : « Patron » (titre donné à un commissaire dans la police nationale et les séries télévisées) ; ils agissaient en quasi autarcie, refusant de rendre des comptes et de répondre aux sollicitations de la Directrice Générale des Services de la mairie. Il y a deux ans, j’ai demandé à M. Desgats de ne plus s’occuper de la Police Municipale ; la situation ne s’est pas améliorée.

Au printemps 2018, j’ai déchargé M. Desgats de sa responsabilité sur la Police Municipale et par conséquent de 50% de ses indemnités. J’ai fixé à la Police Municipale un objectif de redressement pour septembre 2018 qui n’a pas été atteint. En octobre 2018, j’ai pris la décision de restructurer ce service, en prenant acte de l’aggravation de la courbe de l’insécurité.

M.Desgats est resté adjoint à demi traitement (350 euros / mois) jusqu’en mars 2019 où, ne constatant aucune action concrète ni même d’implication efficiente dans sa mission, j’ai décidé de lui retirer toute délégation et indemnisation.

Je précise que cette situation ne s’était jamais produite auparavant à Linas.

Pour fonctionner, une mairie s’appuie sur le bénévolat et le dévouement de volontaires qui donnent de leur temps sans compter. Les élus, qui sont censés s’impliquer plus que d’autres, reçoivent pour cela une indemnisation. On ne peut pas tolérer que M. Desgats reste en fonction sans rien faire pour la ville alors que les bénévoles et ses collègues ne le voient faire son apparition qu’épisodiquement comme ce 30 mars 2019 pour le banquet annuel du troisième âge dont il est reparti en ayant fait ses provisions de bouteilles d’alcool entamées, ce que personne d’autre ne se permettrait de faire.

Ce type d’incident est démobilisant pour les bénévoles qui en sont les témoins et aucun talent journalistique ne peut le rendre acceptable.

Pour se justifier, M. Desgats rabâche ses actions passées pour la commune que je ne nie pas et pour lesquelles je reste reconnaissant. Lui, préfère dénigrer le maire avec lequel il a pourtant travaillé pendant 10 ans. Cela est révélateur de la faiblesse des arguments. Que « Le Parisien » s’en fasse l’écho sans approfondir sur la réalité de la situation méritait cette mise au point.

De même, pour votre parfaite information, il convient de préciser, en écho à l’article publié par Le Parisien le 14 février dernier, que M. Desgats qui vous a été présenté comme un héros des « forces spéciales », a fait son service militaire, comme beaucoup. En ce qui concerne son professionnalisme, issu du passage dans une des sociétés du Commandant Paul Barril, vous jugerez vous-même du caractère recommandable de cette référence en consultant Internet.

Le 9 avril 2019 le conseil municipal de Linas a décidé de démettre Monsieur Régis Desgat de ses fonctions d’adjoint au Maire de Linas.

Par

Laisser un commentaire

*

!